Au fait, ça mène à quoi une hypokhâgne?

Une hypokhâgne est le nom étrange qui désigne la première année en CPGE littéraire. CPGE, cela signifie CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES. Et le pluriel est essentiel : en effet, le concours que vous passez au bout de deux années vous permet de postuler à des écoles très nombreuses, dans des domaines variés.

On pourra citer notamment :

  • les Écoles Normales Supérieures (Lyon, Ulm, Cachan)
  • des Instituts d’Étude politique (Sciences Po)
  • les Écoles de commerce et de management (HEC, ESSEC, Audencia, Toulouse Business School, Ecricome, etc.)
  • les écoles de traduction et d’interprétariat (ISIT, ESIT)
  • des écoles de communication et de journalisme (comme le CELSA)
  • des écoles de management culturel (comme l’ISMaPP), etc.

En tout, plus de 50 grandes écoles, sans compter :

  • les cursus universitaires, où les khâgneux réussissent mieux que les autres
  • d’autres écoles qui peuvent être présentées en dehors, sur dossier, ou avec des épreuves nécessitant des compétences que vous travaillerez aussi en CPGE (cela peut aussi bien concerner un master à Science Po Paris après une troisième année en prépa, ou bien d’intégrer la section dramaturgie de l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre pour si vous avez suivi la spécialité théâtre…).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :